En 2021 sera l’année du travail en mode phygital

Par Isabelle Barth

Professeure des Universités en Management.

2021 va être l’année du « phygital ». Ce que vit le consommateur depuis quelques années va devenir le quotidien du salarié.

 

Derrière le concept : une révolution

Le mot « phygital » est né en 2013 et est formé de la contraction de deux termes : « physique » et « digital ».

Que se cache-t-il derrière ce concept ? Une révolution ! Elle s’annonçait depuis quelques années mais vient de connaitre une accélération incroyable ces derniers mois avec le confinement et la mise en place obligatoire du télétravail. Car c’est bien ce télétravail, à la fois si attendu et si perturbant qui a sonné le départ de ce changement radical.

 

Quand le consommateur est en avance sur le salarié

Que sera notre activité professionnelle en mode phygital ? Un travail qui passera de façon complètement fluide et évidente du distanciel au présentiel, du télétravail au travail dans les locaux de l’entreprise, de zoom ou whatsapp à la machine à café ou à la salle de réunion.

L’ambition est de bénéficier du meilleur des deux mondes, physique et numérique.

Si on y réfléchit, les consommateurs que nous sommes tous achètent déjà en mode phygital : nous choisissons un produit après avoir surfé sur Internet et souvent reçu une suggestion ciblée, nous allons dans le magasin où un écran tactile nous permet de choisir un produit qui n’est pas en rayon, nous le testons sur place, nous l’emportons ou nous le faisons livrer, nous payons en sans contact, et, tout au long de ce processus de choix et d’achat, nous interagissons sur les réseaux sociaux avec nos marques préférées ou la communauté de consommateurs pour avoir des infos, pour comparer, pour donner notre avis.

Ce que nous proposent les enseignes de la distribution et qui nous semble une évidence comme consommateur, s’impose peu à peu dans notre activité professionnelle.

Car le parallèle est réel.

 

Qu’est-ce que travailler en phygital ?

Travailler en mode phygital, c’est être ATAWAD pour « anytime, anywhere, anydevice » (n’importe quand, n’importe où, avec n’importe quel matériel) et ce n’est pas de la science fiction !

  • C’est avoir des lieux de travail divers : chez soi, dans l’entreprise, mais aussi dans des tiers lieux comme des espaces de co-working, en fonction des missions ou des tâches à effectuer.
  • C’est travailler en horaires flexibles pour être le plus efficace possible mais aussi préserver la conciliation de sa vie personnelle et de sa vie professionnelle.
  • C’est opter pour des canaux et des outils de communication variés, en fonction des besoins et des interlocuteurs : réunions virtuelles, plateformes numériques, téléphone, mode synchrone ou asynchrone…

 

Un management “sans couture”

Le phygital a une exigence, c’est ce qu’on appelle en marketing le « sans couture », c’est-à-dire un passage fluide entre le offline et le online. Le défi pour l’entreprise est donc de proposer un environnement et un management qui garantissent la plus grande cohérence entre le mode présentiel et le mode distanciel. Les objectifs, les valeurs, les procédures, les relations doivent être les mêmes dans les deux modalités. Mieux, ce mode phygital doit permettre d’offrir au salarié une qualité de vie au travail augmentée, en jouant sur le meilleur des deux mondes.

A titre d’illustrations : des bureaux repensés pour accueillir des moments de convivialité après des journées de travail en distanciel, des dispositifs digitaux améliorés et convergents pour conduire des réunions de travail plus efficaces, un accompagnement des collaborateurs plus personnalisé grâce à un suivi mieux informé de leur activité. Ce sont aussi de nouvelles pratiques de management plus centrées sur le coaching, le micro-management, la confiance dans les équipes. C’est enfin un développement de l’autonomie de tous les collaborateurs qui apprennent à travailler en mode projet plus qu’en tâches contrôlées.

 

L’enjeu de réinventer globalement le travail

L’enjeu n’est pas de réfléchir en silos avec d’un côté la reconfiguration des structures physiques, et de l’autre le réaménagement de la gestion du temps ou des activités, mais bien de penser « global ». C’est cette intention que porte ce concept.

Les perspectives sont riches, les exigences sont grandes, mais le travail en mode phygital n’est plus une option.

Les entreprises qui sauront en faire une priorité stratégique feront la différence. 

 

Laisser un commentaire