Comment démocratiser la décarbonisation du Transport ?

Par Marie Laure Exbrayat

Responsable d’activité Supply Chain chez Groupe Sigma

L’idée d’une Supply Chain vertueuse a petit à petit fait son chemin, non sans mal, mais le sujet semble maintenant avoir acquis l’assentiment de tous ou presque.

 

Première étape : check !

Mais maintenant la question qui suit est : comment ?

 

Depuis de nombreuses années les transporteurs se sont engagés dans la réduction des émissions de GES, par le renouvellement de leur parc de véhicules, leur organisation, et récemment le recours au biocarburant …

Mais on constate encore que souvent, les chargeurs, eux, ont considérer que c’était le sujet de leurs prestataires, ils s’impliquent en demandant des plans d’action, des reportings mais ne semblaient pas jusqu’il y a peu se sentir acteur.

Heureusement, là aussi, les mentalités évoluent, et l’accompagnement s’organise.

 

La première problématique est que pour mettre en œuvre des plans d’actions, il faut déjà faire le constat de la situation en cours…. Et là « c’est le drame » !

En effet, le nerf de la guerre va être la donnée, et en ce qui concerne le transport, même s’il y a énormément de données qui transitent entre les différents acteurs de la chaine, la difficulté est qu’elle est éclatée et hétérogène.

Donc première étape : où est la donnée dont on a besoin ? est ce que toutes les données disponibles sont comparables ou n’allons-nous pas comparer des choux et des carottes ? comment allons-nous traiter cette donnée ? et que faisons-nous s’il y a des « trous dans la raquette » ? s’il manque des données, pouvons nous avoir des références « standards » pour combler ce manque de données et aller au bout de notre analyse ?

 

Comme vous pouvez le voir, le préalable introductif est tout de même très structurant.

Heureusement en 2021, le sujet étant plus mature, il y a des gens formidables qui savent récolter, organiser, traiter ces données. (https://sightness.com/solutions/carbon/ )

Et justement, une fois le constat fait, quelles sont les actions qui sont généralement engagées par les chargeurs qui ont passé le cap ?

 

Vous trouverez sur le site de Fret 21 (http://fret21.eu/page-axes/ ) les 4 axes d’amélioration prioritaire sur lequel vous pouvez vous engagez :

  • Les taux de remplissage des véhicules
  • Les plans de transport et réseau de distribution pour réduire les distances parcourues
  • Les modes de transport
  • Les achats responsables impactant votre Supply Chain

 

Une fois l’axe, ou les axes, choisi(s), la plupart de ses actions vont avoir besoin d’outil pour les mettre en œuvre et les suivre, et c’est là qu’interviennent les TMS Chargeur. On voit encore énormément d’ERP poussant aux transporteurs des commandes de faibles quantités sans mutualisation, ce qui a plusieurs effets pervers à savoir principalement une dépendance à l’organisation du transporteur, un cout transport à la commande et pas à l’ordre de transport induisant un budget d’achat transport plus élevé. Et of course un impact écologique plus élevé également car plus de transport avec de faible taux de remplissage.

Forcément tout ça n’est pas exhaustif mais j’espère avoir aiguiser votre curiosité…

 

Marie Laure Exbrayat

Responsable d’activité Supply Chain chez Groupe Sigma

Laisser un commentaire